Dessin botanique

Eclairage :

A l’intérieur, près d’une fenêtre, lumière arrivant vers la gauche, jamais à contre-jour.
A l’extérieur, dos au soleil pour que la feuille soit dans l’ombre.
(Ne pas hésiter à contourner le sujet pour trouver la bonne position.)

Apprendre à dessiner :

Apprendre à dessiner, c’est apprendre à observer.
Avant de dessiner ou peindre des fleurs, il est utile de se représenter leur structure (dissection)

Observer les formes de base :

sphère (cœur de fleur, bouton etc…)

sphere-trait-structure (1)
tube (tige, tronc etc…)cylindre
cône (corps de fleur)cône
coupe ou demi-sphère (cœur de fleur, intérieur de fleur ou de bouton)demi-sphère

Ensuite,

Construire la fleur dans la forme qui lui convient, sans oublier les valeurs : les pétales du premier plan sont plus larges pour donner une perspective .250px-Illustration_Lilium_martagon0_clean

La fleur peut parfois s’insérer dans deux formes, par exemple le cône et l’ellipse (voir jonquille : trois pétales et en retrait trois sépales qui s’organisent autour de l’axe : le tube de la tige) ; parfois, pour le narcisse par exemple, l’axe forme un angle plus ou moins marqué avec la tige.jonquille

Les feuilles : c’est la nervure qui va donner leur forme et leur orientation. Ensuite les deux lignes qui délimitent les bords.
Parfois la feuille prend un mouvement tournant et les deux lignes traversent la nervure centrale. C’est l’ombre qu’on va porter sous la feuille qui donnera le relief. Ne jamais perdre de vue la nervure centrale qui donne l’orientation à la feuille.

dessins botaniques

 

Volumes et ombres
Pour donner du volume à la fleur, il faut jouer avec les ombres, en tenant compte de la lumière.

Après avoir placé la fleur dans la forme qui convient, on va situer les ombres portées en fonction de l’inclinaison de la plante .
Que ce soit au crayon, à l’encre de chine ou à l’aquarelle, le sens donné au coup de crayon, ou au coup de pinceau, va être d’une extrême importance pour donner le volume. En général, comme pour le poil d’un animal qu’il faut toujours caresser dans le bon sens, il faut passer crayon ou pinceau dans le sens du pétale.
Il faut bien faire la distinction entre le dessin artistique et le dessin botanique (voir plus haut les lis martagon.) Le dessin de fleur artistique se pratique dans un flou, même au crayon, on va éviter la trop grande précision de traits, éviter les contournements, travailler en « négatif »pour faire ressortir le sujet. A l’aquarelle, on va privilégier le travail dans l’eau (beaucoup d’eau même ).

Les Pavots
Pavots
(DZ)
Marmonnier
Orchidées
 (A.Marmonier)

 

 

 

 

 

 

Par contre en dessin botanique, plus de précision, on contourne la fleur ou la feuille, on amène des ombres qui vont souligner les volumes. En cas de travail à l’aquarelle, le dosage de l’eau est plus modéré. On va aussi privilégier le coup de pinceau qui part du cœur de la fleur pour aller vers la pointe du pétale, sans revenir sur le travail. L’essentiel aussi est de rester très léger dans l’application de la couleur. Ne pas multiplier les couches de crayon, ni les couches de couleur, rester dans la transparence, garder les lumières blanches (on ne mélange pas plus de trois primaires ou une primaire et une complémentaire).